Rechercher

Combattre le stress, la plus grande erreur de notre ère. Partie 1: la science du stress.

« Le stress est votre création. Combattre le stress revient à lutter contre soi-même et ça, c’est le début de la folie »


Le stress ou la « maladie » du 21ème siècle. Un sujet passionnant sur lequel on a développé de nombreuses méthodes, écrit tout sorte d’articles et fait de nombreuses recherches scientifiques.

L'objectif, comprendre comment il fonctionne et surtout comment l’éradiquer, car mauvais pour notre santé.


Que ce soit des médicaments, des méthodes de relaxation, du sport, de l’alcool ou de la drogue, tout est dirigé vers une seule direction : Avoir une solution pour se couper du stress, pour déconnecter, pour se sentir mieux.


Ce qui m’étonne, c’est qu’il n’y a encore personne qui s’est dit : mais si je ne stressais pas au travail, peut-être que je n’aurais pas besoin de dé-stresser après le travail ?

Comme je l’expliquais dans mon post sur le stress (cliquez ici pour le lire) ,vous êtes les créateurs et responsables de votre stress. Votre Boss ne vous stresse pas, votre travail ne vous stresse pas, le stress c’est votre réponse face aux différents évènements de votre vie.

Généré par vous de A à Z, c’est votre création et votre responsabilité.

Alors vous créez votre stress, puis vous essayez de le combattre, puis vous le recréez, puis le re-combattez. C’est le serpent qui se mord la queue.

Et voici le fameux cercle infini et vicieux du stress :



Combattre le stress, revient à se battre contre soi-même. Combattre quelque chose construit de toute pièce par nos pensées et nos émotions, c'est se battre contre l'invisible.

C’est un peu comme si vous étiez deux à l’intérieur de vous et que vous cherchiez à tuer une partie de vous-même. Être deux à l’intérieur de soi, c’est le début de la folie.


Et plus vous allez vous battre contre quelque chose qui n’existe que dans votre expérience personnelle, plus vous renforcerez le stress. Souvenez-vous, ce contre quoi vous luttez, vous le renforcez.


Si vous voyez que vous êtes le seul responsable de votre stress, alors vous n’essayerez plus de le combattre, vous arrêterez simplement de le générer.


Mais avant d’arrêter son stress il faut comprendre pourquoi et comment il est généré !

Seulement si vous voyez le mécanisme qui se cache derrière, vous trouverez la clef pour renverser la tendance.


Les mécanismes du stress


Lorsque vous êtes stressé, agité, anxieux, observez attentivement votre corps : votre respiration s’accélère, votre rythme cardiaque aussi, votre estomac se noue, vos muscles se contractent. Tout votre corps est en état d’alerte, vous recevez un surplus d’énergie.


Ceci est dû à l’activation de la branche sympathique dans votre système nerveux autonome.

Le système nerveux autonome est chargé de régler toutes les fonctions corporelles telles que la circulation sanguine, la fréquence cardiaque, la respiration, la digestion, la transpiration.


Il est composé de deux branches: une sympathique (sympathetic en anglais, branche rose du graphique ci dessous) et une parasympathique (Parasympathetic en anglais, branche bleue ci dessous ).



La branche sympathique est activée lorsqu’un danger, perçu consciemment ou inconsciemment, peut mettre en péril votre survie.

Le but, vous donner un surplus d’énergie pour lutter ou fuir. En effet, le surnom de cette branche est

«fight or flight ».

Si vous êtes face à un lion dans la jungle, par peur de mourir, cette branche s’active et soudainement vous avez une énergie phénoménale pour soit courir à toutes jambes, soit affronter le lion. Vous avez tous sûrement fait l’expérience d’avoir une force phénoménale ou des ressources insoupçonnées pour réagir dans une situation d’urgence.


L’utilisation de cette branche est censée être temporaire et utilisée en cas de survie, suivi d’un long repos, c’est-à-dire suivi de l’activation de la branche parasympathique.


L'activation de la branche parasympathique correspond à un état de relaxation et de détente qui permet au corps de se régénérer. Le nom de cette branche est « rest and digest ». Lorsque cette branche est activée notre respiration est calme et profonde, notre cœur bat plus lentement, notre système digestif est optimal.


En somme, la branche sympathique s’active pour nous donner une énergie supplémentaire en cas de nécessité de survie. Le stress est la réponse à un danger, nous donnant l'énergie pour réagir.

La branche parasympathique est censée être activée tout le reste du temps, lorsque nous ne sommes pas en situation de danger.

Le problème aujourd’hui c’est que nous utilisons la branche sympathique à petite dose toute la journée pour des dangers qui n’existent pas, sauf dans notre tête.

Par peur d’être en retard, par peur d’être jugé, par peur de mal faire, par peur d’être viré, par peur de ne pas avoir assez d’argent, par peur de ne pas finir le travail, nous réagissons par un stress. Nous créons des dangers qui ne sont pas de vrais dangers et nous réagissons.

Regardez attentivement tous vos moments de stress, il y a toujours une peur qui se cache derrière.


Et combien de fois par jour sommes-nous en train d’être stressé pour de tous petits problèmes ? Il n’y a quand même pas un lion qui vous court derrière toute la journée ?




Ne vous étonnez pas après d’être fatigué, de mal dormir et d’être en mauvaise santé. La branche sympathique touche à tous vos organes. A force de la stimuler, votre rythme cardiaque est trop élevé, et votre respiration est courte.

Votre respiration est limité à la zone supérieure de vos poumons car vous n'utilisez pas la capacité de votre diaphragme qui est bloqué par votre estomac qui est tendu toute la journée.


Petit test : serrez vos abdominaux et essayez de respirer. Votre respiration s'effectue seulement dans le haut des poumons. C'est un version exagérée de quand vous êtes stressé, car vos abdos se contractent dans ces moments. Relâchez le ventre, inspirez profondément, voyez la capacité d'oxygène que vous pouvez absorber.

La combinaison d’une respiration courte et d’un rythme cardiaque rapide à long terme signifie une mauvaise oxygénation du sang, donc un système immunitaire faible. Qui dit système immunitaire faible, dit bonjour la maladie. Médecins, corrigez-moi si je dis faux !


Pas si sympathique que ça cette branche au final !

Le stress est donc une réaction à nos différentes peurs. Mais à force d’avoir réagi de la même manière aux situations qui ne nous plaisent pas, l'on a perdu de vue la source de nos réactions.

C’est devenu un comportement automatique et l’on ne sait même plus pourquoi est-ce que l’on est stressé.


La base est toujours la même, vous ne souhaitez pas vivre la situation telle qu’elle est. Vous souhaitez la changer consciemment ou inconsciemment et pour cela chacun de nous a mis en place une réaction automatique bien spécifique, que ce soit sous la forme d’un stress, de colère, d’anxiété, de panique, etc.


Comment arrêter de stresser face aux différentes situations ? Première étape accueillir le stress au lieu de le rejeter.

Plus de détails la semaine prochaine

6 vues

Meditation & stress managment

2020 Inpulsions Lausanne - Tous droits réservés

  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram